Chanter L’Escalade genevoise

Et si nous rétablissions la vérité sur le Grand CHœur de l’Escalade… ? Une magnifique et inoubliable aventure humaine et musicale…
C’est avec joie et grand enthousiasme que le signataire de ces lignes, Directeur de La Chanson de Genève a créé et développé le Grand CHœur de l’Escalade avec le plein accord de la Compagnie de 1602 ; Triste à dire, mais cette formation chorale « ad hoc » toujours en activité fonctionnant hélas, avec une méconnaissance et ignorance totale de la démarche chorale et de l’historique du Chœur… depuis le départ malhonnêtement forcé de son fondateur et animateur après 27 ans d’ intense activité… no comment !

En effet, chaque année, l’espace d’un week-end (le second de décembre) le Chœur se joint aux célébrations de la Fête de l’Escalade dans le canton de Genève. Ainsi, bien que l’histoire ne nous dise pas si les actes de bravoure de nos compatriotes de 1602 défendant notre ville ont été ou non accompagnés de musique et de chants, c’est avec certitude le cas des célébrations annuelles de ces événements héroïques à l’occasion desquelles le Grand CHœur de l’Escalade apporte sa modeste mais ambitieuse pierre vocale et chantante à l’ensemble des célébrations.

Rappel historique. La Compagnie de 1602 regroupe en son sein, un certain nombre de sociétés musicales destinées à étoffer les manifestations de l’Escalade. Parmi ces sociétés, plusieurs groupes instrumentaux, essentiellement des cuivres, fifres et tambours, se produisent à chaque édition. Une société chorale en faisait partie… essayant de se faire entendre parmi la bruyante foule massée devant la Cathédrale Saint Pierre, lors de la proclamation finale. La Cie de 1602, mécontente des prestations déclinantes de cette fidèle et vieillissante chorale désirait s’en séparer… nous étions fin 1988. Suite à une discussion franche, pragmatique et ouverte avec le Commandant responsable de la Compagnie, le Marseillais Yves Roure, son directeur a alors créé, début 1989 et au grand dam de son Président, le Grand CHœur de l’Escalade. Afin d’étoffer le faible effectif présent, il s’est, bien entendu, ouvert aux chanteuses et chanteurs de tous horizons, venus, au fil des ans, gonfler ses rangs. 

Depuis sa création en 2015, La Chanson de Genève a l’ambition d’en être le noyau solide et l’infrastructure de base de ce choeur en devenir ; elle a entrepris la démarche administrative pour en assurer dans le futur, la logistique et l’organisation pratique. Les personnes qui nous rejoignent sont issues d’autres chorales, même de France voisine, ou sont des amateurs motivés qui, individuellement, aiment chanter au sein d’un choeur et se sentent concernés par ces manifestations.

Le Grand CHœur de l’Escalade est dès lors une formation qui vit et revit chaque année à l’occasion de cette célébration populaire, historique et patriotique.

Les chants :

Mise en valeur du patrimoine musical, le répertoire, musique Suisse exclusivement, essentiellement romande, chanté en français « a capella », a ceci de particulier qu’il ne se retrouve dans aucune autre société, mais qu’il permet de retrouver les chants appris à l’école primaire, il y a fort longtemps pour certains. Ils sont interprétés cette fois à 3/4 voix mixtes lorsqu’ils sont harmonisés.

Qui connait et chante encore Gustave Doret, Joseph Bovet, Otto Barblan, Émile Jaques-Dalcroze ? Parmi les classiques que nous interprétons, le Psaume 124 (dit de l’Escalade), la Prière patriotique, l’Hymne suisse, le Cantique Suisse, etc.…

Par ailleurs, et ceci est intéressant et original, chaque année entre 1996 et 2002, à l’initiative du directeur du Chœur, un auteur et un compositeur genevois ont été sollicités afin de créer un nouveau répertoire choral suisse, et ce, dans l’optique du 400ème anniversaire de l’Escalade en 2002. A noter que ces commandes successives ont été gracieusement financées par la Compagnie de 1602. Ce qui montre le vif intérêt de cette société pour le travail effectué par les responsables du Chœur.

En 1996,  nous avons inauguré cette série avec « ICI » composition originale de Didier Godel, Professeur au Conservatoire de Musique de Genève sur un texte de Catherine Fuchs, professeur au Collège. Création placée sous la direction du compositeur. Musique sérielle et rap faisant bon ménage en l’occurence !

En 1997,  le Chef d’Orchestre Robert Seidel et l’écrivain journaliste Serge Bimpage avec « SEULE LA MÉMOIRE PERMETTRA D’OUBLIER » Création placée sous la direction du compositeur

En 1998,  « LES CRIS DE GENÈVE » dû à Jean-Luc Rieder, producteur à la Radio suisse romande Espace 2, et Christine Schaller, musicienne de jazz. Une ambiance rythmée du marché de Plainpalais…

En 1999,   « La FARANDOLE DE GENÈVE » signée par le tandem Alain Morisod – Jean-Jacques Egli

En 2000,  Magnifique chanson de Nicolas Hafner et Corinne Jaquet, Notre Agatha Christie genevoise :

« GENÈVE AU FIL DE L’EAU »

En 2001,  « UNE NUIT, UN BEAU MATIN… »  Merci à Nicolas Bolens, Professeur au Conservatoire de MUsique de Genève et Robert-F. Rudin, chroniqueur plus connu sous le nom de Trinquedoux.

En 2002,  « L’ESCALADE VUE D’ETREMBIERES »  de Sarclo et Gaston… Il y est question de Cenovis et d’Ovomaltine…

En 2004, au lieu de 2003, pour cause de longue gestation…« ET PENDANT CE TEMPS LÀ «  associant dans un même délire Jean-Claude Schlaepfer et Gaspard Boesch… dernière partition de la série…

Vous pouvez accéder librement à toutes ces partitions originales en vous rendant à la Bibliothèque Musicale de Genève (Bâtiment du Grutli) et/ou à la Bibliothèque du Conservatoire de Musique, établissements dans lesquels celles-ci sont déposées… sous bonne garde.

Les prestations du Grand Chœur de l’Escalade :

Elles se font pendant le second week-end de décembre. À titre exceptionnel, le Chœur peut se produire dans le courant de l’année pour répondre à une demande particulière d’importance.

Il convient de savoir que Le Grand Chœur de l’Escalade a été sollicité plusieurs fois sous d’autres formes de contributions. Par exemple lors de l’ouverture des manifestations du 50e anniversaire de l’ONU devant Madame Ruth Dreifuss, Conseillère Fédérale, ou lors des Schubertiades d’Espace 2- RTS (Carouge et Ouchy) où nous interprétions la célèbre Messe Allemande de Fr. Schubert sous la baguette du regretté et talentueux André Charlet, Chef de choeur et homme de radio.

Autre moment inédit : en 1999, dans un Temple de la Fusterie plein à craquer, avec l’appui de l’éphèmère association « Signé 2000 » (dirigée par le compagnon Pierre Maudet), nous avons interprété le traditionnel et incontournable « Cé Qu’è l’ainô »  dans son intégralité (68 strophes)… durée 1 heure… On en redemande…

Il est extrêmement rare que la prestigieuse scène du Grand Théâtre de Genève accueille des choristes amateurs… et pourtant… en 2002, à force d’opiniâtreté et de discussion avec les responsables de l’Instruction Publique, les 120 chanteuses/eurs du Chœur se sont produits (dirigés tour à tour par Didier Godel et Yves Roure)  en ouverture du spectacle transfrontalier unissant les élèves des écoles du bassin genevois… du Grand Genève dirait-t’on maintenant. Un grand Merci à toutes ces personnes pour la confiance accordée…

En 2014, pour son 25ème anniversaire, et ce fut une première (malheureusement restée sans lendemain), le Chœur s’est produit avec succès, en France voisine… en l’Église de Gaillard, cité frontalière par laquelle, venant du château d’Étrembières, sont passés les belliqueux mercenaires du Duc de Savoie pour attaquer la vieille ville de Genève, une certaine nuit de décembre 1602… assaut vite transformé en célèbre cagade… une autre histoire…

Motivé(ée) pour nous rejoindre ? Nous vous attendons…

Contact au : 0041 (0)78 611 74 12 et/ou par mail : yroure@hotmail.com